Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

1 juillet 2005 5 01 /07 /juillet /2005 00:00

 

 Inadaptée ?

Après 2 semaines et demi passées dans mon fief d’origine, je suis en mesure de l’affirmer sans sourciller : je suis désormais totalement inadaptée à la vie parisienne. La raison ? J’ai perdu ma hargne. Le résultat ? J’ai en permanence l’impression de me noyer dans une foule hostile ; je suis passée en mode survie, tentant tant bien que mal de ne pas me mettre à hurler dans les wagons bondés du métro lorsque ma peau entre en contact avec celle, gluante, d’un de mes congénères. Je suis devenue agoraphobe. Misanthrope même. Dépressive, limite.

Voici le récit de mes dernières (més)aventures parisiennes.

1/ L’histoire de la cave.

Une semaine après mon arrivée, je reçois un coup de fil de madame L. Madame L. habite au 2ème droite et elle m’appelle pour m’informer qu’à la suite de la vente d’un appartement de l’immeuble, les copropriétaires se sont rendus compte que l’anarchie la plus complète avait présidé à l’occupation des caves. Ainsi se trouve-t-elle installée dans la cave nº10 qui appartient en fait au nouvel acheteur, lequel la somme de déguerpir. Elle veut donc récupérer sa cave à elle, la nº4, qui se trouve être celle dans laquelle j’ai moi-même installé mes petites affaires. Mais pas de problème chère madame L., je vais déplacer au plus vite mes affaires dans la nº11 qui, comme l’indique le règlement de copropriété, est celle qui va avec mon appartement. Un petit coup de fil à celui qui l’a investie et tout rentrera dans l’ordre. Après tout, nous sommes entre gens de bonne compagnie. Ben tiens. Le petit coup de fil en question se transforme en combat rangé quand celle qui squatte ma cave me hurle qu’il n’est pas question qu’elle déménage, et que si je ne suis pas contente je n’ai qu’à lui faire un procès… Oh ben oui tiens, je n’ai qu’à faire ça.


2/ L’histoire du bus.

Sitôt arrivée, sitôt RV chez le dentiste pris. Pour m’y rendre, je prends le métro, puis le bus. Connaissant mal l’itinéraire de ce dernier, je demande au chauffeur s’il marque un arrêt avant de tourner à droite, là-bas, dans la rue Lecourbe. Il me répond que oui et c’est à ce moment qu’un passager m’informe très courtoisement que je dois être une véritable imbécile pour poser des questions aussi débiles que celle-là et que franchement on n’a jamais vu une stupidité pareille.


3/ L’histoire de l’OFQJ.

Bien décidée à trouver un travail au Canada, je décide de me faire aider par les organismes dont c’est précisément le but : aider. Je me rends donc à l’Office Franco-Québécois pour le Jeunesse (on se souvient qu’une démarche similaire à Montréal s’était soldée par un cuisant échec mais m’avait néanmoins permis de constater que j’étais encore, et contre toute attente, considérée comme jeune). Là, je demande s’il est possible de bénéficier du programme Mobilité Jeune Travailleurs bien que l’on ait une demande de résidence permanente en cours. La réceptionniste-cerbère me répond, comme si j’étais effectivement la débile mentionnée dans le bus, que la résidence permanente c’est pour habiter là-bas et le PMT c’est pour aller y travailler temporairement. Ah boooooooooooooooon, donc la résidence permanente c’est pour résider en permanence… ???? J’avais pas compris…

Je reformule ma question une seconde fois, battant ma coulpe c’est moi qui me suis mal exprimée pardon parce que ce que je voulais savoir en fait c’est si on avait le droit de participer au programme en attendant d’avoir ses papiers de résidence permanente. Réponse : « je vous dis que la résidence permanente c’est pour habiter là-bas alors que le PMT c’est pour aller y travailler temporairement ». Bon, je retente ma question, excusez-moi décidément je ne suis pas claire. Même réponse, les yeux levés au ciel en plus. Que Dieu te vienne en aide ma fille.

 

4/ L'histoire de l'autotoute .

Week-end en Haute-Savoie. Le soleil, les champs, la baignade dans le lac d'Annecy (que c'est joli Annecy!). Retour mercredi : 8 heures de route dont 2h30 heures pour les 30 derniers kilomètres, cul à cul avec environ 3 millions d'autres automobilistes. Le cauchemar, ni plus ni moins.

Montréal me maaaaaaanque !

Grosses bises à vous tous.

Aurélie, lâche pas, t’es capab’.

 

PS : Vous êtes très nombreux à me demander des conseils sur l'immmigration au Canada, la vie à Montréal, etc. mais je ne peux pas répondre à tout le monde. Je vous conseille donc le site de l'ambassade du Canada ou immigrer.com où il y a de nombreux conseils sur la question.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

agaguk 19/11/2005 21:50

A entendre ces français parler du "congelateur" québécois, on comprend pourquoi s'est développé ici l'expression "maudits français!

Coccinelle 18/07/2005 19:57

J'avoue c'est difficile de retrouver les transports parisiens quand on a connu Montréal. Un stage de 3 mois en Gaspésie m'aura délesté de mon stress naturel de parisienne.

Pour ce qui est de l'ofqj, je n'ai qu'un conseil : ne jamais poser de questions par téléphone mais préférer prendre rendez-vous avec la documentaliste. Cette charmante dame est tout à fait au courant des problèmes administratifs et est de très bons conseils.

Aurélie plus au canada 18/07/2005 17:48

T'inquiète pas, après sept mois passs comme toi à Montréal, je suis revenue depuis maintenant plusieurs mois et force est de constater que l'on se réadapte très vite à l'hostilité ambiante, mais c'est vrai qu'au début ça fait un choc!
Continue j'adore tes chroniques, ça me rappelle tout plein de trucs...
Bisou.

l'atrophié du 1er degré 13/07/2005 14:58

paris c'est à chier.
et c'est là qu'habite auré.
montreal c'est vraiment trop caca.
et pourtant c'est là qu'elle retournera.

wandrille 12/07/2005 20:30

ben tiens, t'es à la capitale ?

Kenavo, la bouseuve, bienvenue au pays où les gens sont méchants : PARIS !

(pas de reproche, je suis un parisien pur et dur, et je vous enm**** tous les attrophiés du second degré)