Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 07:38

Quétaineries de Noël


Depuis un mois et demi, comme chaque année, nous avons droit, nous les surconsommateurs, aux tounes de Nowel en boucle dans les supermarchés, aux magasins ouverts jusqu’à 21h pour faciliter la consommation frénétique, aux offres de crédit toutes plus les alléchantes les unes que les autres (sur le papier) et… aux décorations de Noël à tous les balcons !!!

Je vous en avais touché mot l’an dernier (ici) et nombre d’entre vous avaient regretté de ne pas avoir de photos à l’appui…

Parce que je suis prête à tout pour vous satisfaire (euh…), je suis donc partie en reportage, d’abord sur la rive sud de Montréal de jour, puis à Verdun, de nuit, accompagnée de Christian, photographe de son état. C’est que je ne fais pas les choses à moitié ! D’ailleurs comme tout bon reporter, j’ai tenu à évoluer incognito et j’ai donc tâché de me fondre dans le décor… Admirez un peu l’Aurélie de Noël que voilà !


Résultat de cette chasse aux décos, une moisson plus que fructueuse, dépassant nos plus folles espérances. Des pères Noël à foison, parfois trois sur le même balcon, des kilomètres de guirlandes lumineuses, des bonhommes de neiges gonflables, des cerfs en fer forgé, des sucres d’orge géants, des chandelles en plastique, des crèches lumineuses et même LE traîneau du père Noël lui-même flottant dans les airs !


 

 

C’est là que j’ai réalisé que Noël était la période rêvée pour faire chier ses voisins :


1/ En défigurant leur paysage au moyen de dizaines de bonhommes gonflables de plus de 2m de haut installés sur votre pelouse qui se trouve – c’est une chance ! –, être en face ou à côté de la sienne. En la matière, vous pouvez vous permettre absolument toutes les fantaisies si tant est qu’elles soient vêtues, vos fantaisies, d’un costume rouge et blanc. Winnie l’Ourson et Bob l’Éponge sont recommandés en cas de guerre ouverte !

2/ En les empêchant de fermer l’œil de la nuit grâce aux milliers de lumières, de préférence clignotantes, ornant votre balcon. Pour un règlement de comptes parfaitement réussi, je recommande de brancher lesdites lumières sur son compteur électrique…
 

3/ En leur vrillant les nerfs par le bruit de soufflerie qui alimente les bonshommes gonflables ou le groupe électrogène grâce auquel le père Noël peut continuer de faire « Ho-Ho-Ho » même en votre absence ! Un must…

Je tiens donc à remercier chaleureusement (c’est de saison) mes voisins qui n’ont entrepris aucune (mauvaise) action de ce genre !
 

Joyeux Noël à tous, et que ceux qui subissent ce genre de vilenies s’abstiennent de riposter, par pitié !

Aurélie, payable en 56 000 fois sans frais (ben oui je vaux cher !)

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 09:05

Recherche d’emploi

Durant les trois dernières semaines, j’ai participé à un club de recherche d’emploi, une expérience des plus instructives que je recommande à tous les chômeurs (enfin chômeurs, façon de parler, hein !).

Outre les exercices habituels (rédaction du CV, rédaction d’une lettre de motivation, simulation d’entrevue, etc.), le club vise à nous apprendre à contacter les employeurs par téléphone pour dénicher les offres d’emploi qui n’apparaissent jamais sur le marché.

Dans l’idéal, ça donne ceci :

         Société X, bonjour.

         Bonjour, mon nom est Aurélie-au-Canada, pourrais-je connaître le nom de la personne chargée des communications s’il vous plaît ?

         Oui bien sûr, c’est madame/monsieur Y.

         Pourrais-je lui parler s’il vous plaît ?

         Oui, ne quittez pas.

         Allô ?

         Bonjour madame/monsieur Y, mon nom est Aurélie-au-Canada. Je vous appelle pour des raisons professionnelles. J’ai plusieurs années d’expérience en gestion de projet et en rédaction et j’ai toujours travaillé dans le domaine de la santé/je m’intéresse de près à la culture/bla bla bla tout ça… Je voudrais vous rencontrer afin de discuter des possibilités d’emploi dans votre entreprise.

         Mais bien sûr, avec grand plaisir, quand êtes-vous disponible ?

         Eh bien nous pourrions nous voir demain matin si cela vous convient ou à tout autre moment en fonction de vos disponibilités.

         Demain, ce sera très bien. Disons à 11h (car je sais que vous n’aimez pas vous lever tôt et que je le comprends parfaitement). Je ne vous cache pas que votre appel tombe à pic, car je recherche justement une coordonnatrice aux communications en ce moment (payée 60.000 dollars par an avec 4 semaines de vacances).

         Formidable ! Je suis ravie à l’idée de vous rencontrer. Je vous laisse mon numéro de téléphone au cas où vous auriez besoin de me contacter. C’est le 514-000-0000.

         C’est noté. À demain donc. (Oh et puis non après tout, je suis sûr(e) que vous ferez l’affaire alors je vous donne la job tout de suite.)

         Je vous remercie beaucoup. À demain.

 

Dans la réalité, ça donne plutôt ceci :

         Société X, bonjour.

         Bonjour, mon nom est Aurélie-au-Canada, pourrais-je connaître le nom de la personne chargée des communications s’il vous plaît ?

         Oui bien sûr, c’est madame/monsieur Y.

         Pourrais-je lui parler s’il vous plaît ?

         C’est à quel sujet ?

(Dialogue intérieur : et merde !)

         J’ai besoin de son avis sur telle chose.

         Et vous êtes de quelle société ?

(Dialogue intérieur : et re-merde !)

         Je suis travailleuse autonome.

         Écoutez, madame/monsieur Y est très occupé… Puis-je lui transmettre votre message ?

(Dialogue intérieur : vite, vite, vite trouve quelque chose !)

         Je préfère lui parler directement. Savez-vous quand je pourrai la/le rappeler ?

         Je ne peux pas vous dire. Le mieux serait de lui envoyer un courriel.

(Dialogue intérieur : ok, c’est foutu…)

         D’accord, pourriez-vous me donner son adresse, s’il vous plaît ?

(Dialogue intérieur : ostie de câlisse de tabarnac !)

 

Parfois, ça donne aussi ceci :

         Société X, bonjour.

         Bonjour, mon nom est Aurélie-au-Canada, pourrais-je connaître le nom de la personne chargée des communications s’il vous plaît ?

         Oui bien sûr, c’est madame/monsieur Y.

         Pourrais-je lui parler s’il vous plaît ?

         Oui, ne quittez pas.

         Allô ?

         Bonjour madame/monsieur Y, mon nom est Aurélie-au-Canada. Je vous appelle pour des raisons professionnelles. (Dialogue intérieur : c’est pas vrai elle/il vient de soupirer !) J’ai plusieurs années d’expérience en gestion de projet et en rédaction et…

         Je n’ai pas de poste disponible. Clic.

(Dialogue plus du tout intérieur : J’y crois pas ! Il/Elle m’a raccroché au nez AAAAAAAARGH !!!!!!!)


Moi je vous le dis, pour chercher du travail, faut avoir les nerfs solides !

Alors que ceux qui veulent me proposer une job (qui nécessite de faire usage de son cerveau) se manifestent au plus vite, car je serai probablement en dépression d’ici peu. Avouez que ça serait dommage, car je serais alors bien évidemment dans l’impossibilité d’écrire aucune chronique. Et justement, la prochaine s’annonçait assez drôle. Comment ça, c’est du chantage ????


Portez-vous bien, comme dirait l’autre.

Aurélie, oméga 3 à tous les repas !

PS : Pour ceux que ça intéresse, mon CV se trouve ici.

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 02:10


Nation québécoise


Lundi dernier a été adoptée, à la Chambre des Communes, une motion déposée par Stephen Harper, visant à reconnaître l’existence d’une « nation québécoise » au sein d’un « Canada uni ».

Comme chacun sait, Stephen Harper n’est pas Québécois. Et comme chacun sait, les non-Québécois sont généralement peu enclins à reconnaître les particularités du Québec, craignant que cela  ne conduise à la séparation de la Province, ou du moins à des revendications. Mais qu’est-ce qui a donc pu passer par la tête de Stephen Harper ? Il semble que ce soit pour damer le pion au Bloc Québécois, qui s’apprêtait à déposer une motion du genre, que notre premier ministre conservateur – que comme vous le savez, je chéris – ait pris cette initiative. Cela s’appelle une manœuvre politique… Une manœuvre habile il faut bien le reconnaître !

Faut-il préciser que la version bloquiste de ladite motion ne comportait nulle trace de la mention « au sein d’un Canada uni » ? Sur ce sujet, monsieur Harper est clair : « Est-ce que les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni? La réponse est oui. Les Québécois forment-ils une nation indépendante du Canada? La réponse est non, et elle sera toujours non. »

La question est donc : cette motion qui crée des remous à la Chambre a-t-elle une réelle valeur ?

Le premier ministre libéral du Québec, Jean Charest, a salué ce geste du fédéral, qu’il qualifie de « très significatif pour l'unité du pays ».

Le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont a indiqué son malaise quant au fait que le débat sur la nation québécoise se tienne hors du Québec et en a profité pour stigmatiser le gouvernement Charest pour son immobilisme.

Du côté du Parti Québécois, on considère cela comme un premier pas, mais bien évidemment insuffisant. La nation québécoise devrait être reconnue point final.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Michael Chong, a, quant à lui, donné sa démission. C’est partout pareil : y en a toujours un pour démissionner à la moindre contrariété !

Monsieur Harper lui-même, soucieux de rassurer ses troupes, a souligné que sa résolution ne constituait ni un "amendement constitutionnel, ni un texte juridique", mais seulement "une déclaration de reconnaissance et un geste de réconciliation".

Ben voilà, tout est dit. Cette histoire de nation québécoise, c’est SYM-BO-LI-QUE.

Alors finalement la VRAIE question est : les symboles ont-ils de l’importance ? Je vous laisse méditer sur ce sujet !

Portez-vous bien.

Aurélie, ¿¦ß#±]*%

 

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 07:36

Sommes-nous vraiment de maudits Français ?

 

Aujourd’hui, en lisant La Presse, je suis tombée sur un article titrant : « Les Français d’ici outrés par un sketch d’Éric Savail ». Intriguée, comme de bien entendu, j’ai lu l’article et ainsi appris que les deux animateurs d’une émission de télé intitulée On n’a pas toute la soirée, diffusée le dimanche sur TVA, s'étaient moqués de façon éhontée des Français, à tel point que des plaintes ont été déposées auprès du CRTC et que des excuses ont été demandées à la chaîne de télévision.
 

Évidemment, je n’avais pas vu cette émission puisque, premièrement je ne regarde pratiquement jamais la télévision et deuxièmement, je fuis comme la peste les émissions de divertissement. J’ai donc fait une petite recherche sur Google afin de me rendre compte par moi-même de la gravité de l’offense, et en moins de deux, j’ai trouvé des extraits de l’émission en question, que j’ai regardé avec curiosité d’abord, puis avec stupeur.

Je vous résume : un Québécois est à Paris, à la recherche d’un maudit Français. Il en trouve un, le capture et le ramène à Montréal. Jusqu’ici c’est plutôt marrant.

On retrouve ensuite « la bête » sur le plateau. Apparemment c’est insoutenable, le Français pue tellement que personne n’ose l’approcher et que l’animatrice le vaporise de Fébrèze de la tête aux pieds, avant de le plonger dans un bain tout habillé et de le couvrir de détergent. C’est qu’il y a des gens dans le public qui sont sur le point de se trouver mal, dit-elle. Après le bain, parce que, bien qu’il ne pue plus, il n’est toujours pas présentable, on lui coupe les cheveux, on l’épile, pis toute. On lui propose ensuite de découvrir le Québec pendant une semaine avant de le renvoyer chez lui. À mon avis, si des gens dans le public sont sur le point d’avoir un malaise, c’est plutôt à cause de la bêtise de ce à quoi ils assistent… 

Extraits choisis :

« J’ai vécu un an en France et je devais porter des masques en permanence car je n’étais plus capable. » 

« C’est gras [ses cheveux], tu sais les Français comment c’est. »

« Il a plein de poils… Y a des mexicains [i.e. des poux] qui joue au soccer là-dedans c’est dégueulasse ! » 

« Les Français tu sais comment c’est, ils sont toujours bêtes comme leurs pieds. »

« Il a chialé tout le long, comme un Français qui se respecte, il n’aimait rien. » 

Je pense qu’aucun des lecteurs de ce blog ne pourra m’accuser de manquer d’humour. Vous avez par ailleurs sûrement constaté que j’étais la championne de l’autodérision… Et bien pourtant, cette émission ne m’a pas du tout fait rire.
 

Il est vrai que les Français ont, partout dans le monde, la réputation de ne pas être des champions de l’hygiène. D’où vient cette réputation, je l’ignore. Il semblerait que ce soit de statistiques sur la consommation de gel douche ou un truc du genre (je ne sais pas si ces statistiques prennent en considération le fait qu’un bon vieux savon de Marseille, utilisé quotidiennement, dure à peu près 6 mois, mais bon).

Quoi qu’il en soit, je trouve que se moquer des Français de cette façon, sur un plateau de télévision, est carrément insultant. Et je pèse mes mots. D’ailleurs, on pourrait considérer que la formule même de « maudit Français » est sujette à caution, mais c’est un autre débat…
 

Je peux comprendre que des humoristes utilisent les préjugés sur un autre peuple pour faire rire de bon cœur leur auditoire… C’est de bonne guerre. Mais, outre le fait qu’il y a quand même certaines limites à respecter, je peux vous dire que quand on vit au Québec et qu’on est Français, notre sens de l’humour est rudement mis à l’épreuve.

Quand on me dit que je suis « sympa pour une Française », je ris, certes, mais je ris jaune…

Les Français sont bêtes, chialeux et puants ? Certains, oui, mais pas tous. Et ceux qui ne le sont pas finissent par être un petit peu lassés par le cliché. La répétition est un effet comique dont il faut user avec modération… Enfin ce n’est que mon humble avis.
 

Portez-vous bien.

Aurélie, une douche par jour.

 

Pour ceux que cela intéresse, les extraits de l’émission se trouvent ici :

http://video.google.ca/videoplay?docid=7896680574293275557&hl=en-CA


NB : J’ai reçu le 23 nov. un courriel du « maudit français » de l’émission de Savail. Voici ce qu’il disait : « salut c'est Pascal de l'emission qui a fait jaser tt le monde et j'essaye de repondre un peu a tout ca. en bref , l'arrivee de varda n'etait pas prevue du tout et entre nous , a ce moment-la j'ai vraiment hesiter a remonter sur le plateau en "relooke" , parceque varda parle aussi mal devant que derriere la camera ; a plus bye”

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 00:48

Critiques de théâtre


Pour ceux que cela intéresse, je vous informe que j’écris des critiques de théâtre. En toute logique, c’est de pièces jouées à Montréal qu’il s’agit…


Vous pouvez me lire :


1/ Dans le journal Voir.

2/ Dans la revue Jeu - Cahiers de théâtre

3/ Dans le Sans-Papier : rubrique Arts et Lettres > Sur les planches

2/ Sur le site MonThéâtre

 


Portez-vous bien et allez au théâtre !


Aurélie, accepte avec plaisir toute pige "arts de la scène" RÉ-MU-NÉ-RÉE!!
Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Critiques de théâtre
commenter cet article
9 novembre 2006 4 09 /11 /novembre /2006 19:14
Jeu-concours


 
Chers lecteurs,

 

À l’occasion de mon anniversaire, qui se trouve être demain, j’ai décidé d’organiser un jeu-concours !


RÈGLEMENT :  

 

Conditions de participation : Le concours s’adresse à tous les lecteurs/lectrices de 32 ans* (comme moi !), habitant Montréal (comme moi !) et dotés du sens de l’humour (comme moi !).

  

Lot : une place pour aller voir Florence** de Marcel Dubé, le vendredi 10 novembre à 20h au théâtre Denise Pelletier.

Question : À quoi suis-je allergique ? (Faut bien que je voie si vous suivez…)

 
=> BON, DEVANT L'AFFLUENCE DE MAUVAISES REPONSES, JE DOIS PRECISER QUE JE NE SUIS PAS ALLERGIQUE AUX NOIX MAIS A QQCH QUI SE TROUVAIT DANS UN MELANGE SANTE AVEC DES NOIX... 


Pour participer : cliquer sur « contact » en bas de la page. (Pour dire toutes les niaiseries qui vous passent par la tête, cliquez sur « commentaires »).


Sélection du gagnant : la première personne à répondre correctement à la question et remplissant les conditions de participation.


Remarque : les personnes qui n’ont pas 32 ans peuvent également tenter leur chance au cas où personne de cet âge vénérable ne participerait… 


Clôture du concours   : le vendredi 10 novembre à 14h. Si aucun gagnant (ou même aucun participant – bouhouhou…) n’a été identifié à cette date, la place ira à un de mes amis.


Petites notes illisibles en italique :


* Les beaux gars célibataires et n’ayant PAS peur de l’engagement sont les bienvenus.

**En mon agréable compagnie.

 

Bonne chance et à demain !


Aurélie, déjà vieille


 

------------------------------------

 

 

Il est 14h, le concours est donc à présent terminé.

La réponse était : aux graines de citrouilles (voir chroniques 138 et 45).

RÉSULTATS :

Le premier à répondre correctement a été David L., mais étant lui-même grand amateur de théâtre, il avait déjà des billets pour Florence. Hors concours donc.

Le deuxième à répondre correctement a été Sébastien alias Sebwy mais il n’a pas 32 ans et en plus il m’a dit ensuite qu’il n’était pas libre ce soir. Éliminé.

Le troisième à répondre correctement a été Philippe A. mais il n’a pas 32 ans et c’est un de mes amis. Hors concours.

Le quatrième à répondre correctement, Christophe M. est d’office hors concours pour de multiples raisons que je préfère ne pas détailler ici.

Le cinquième à répondre correctement a été TB001 qui ne révèle ni son nom, ni son âge, ni son lieu de résidence et qui n’a pas répondu à mon courriel lui demandant ces détails. Recalé(e) donc.

Le sixième à répondre correctement a été Maxime D. qui n’a pas 32 ans, est un de mes amis et n’aime pas trop le théâtre. Hors concours également.

La septième à répondre correctement a été Charlotte, 29 ans, habitant Montréal.

Mauvaises réponses :

-         François T.G. qui avait déjà gagné une place de théâtre par anticipation grâce à son sens de l’humour et sa compagnie agréable, et qui gagne une place de cinéma pour le 13 novembre.

-         Émilie C. qui sera mon invitée une autre fois c’est sûr !

-         Didier M. dont je note l’honorable tentative ; mais, non, je ne suis pas allergique au poisson pourri nourri aux noix de cajou, du moins pas que je sache ;-)

-         Jimmy P. malgré une persévérance hors du commun ! Désolée Jimmy, ton chien est effectivement mort !

À signaler une tentative de corruption de la part de Antonin P., sans succès. Intègre je suis.

Je suppose que vous l’aurez deviné, LE GAGNANT EST … THE WINNER IS…

 

CHARLOTTE !!!

 

(Heureusement que Grum est là…)


Note du 17 novembre : pour ceux qui se posent la question... ELLE EST SUPER SYMPA CHARLOTTE!
Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Divers
commenter cet article
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 02:00


Courge et délicieuse…

 

L’automne est la saison des courges, ce qui représente une mine de nouvelles possibilités culinaires pour une parisienne comme moi, qui en fait de courges ne connaît que la courgette, ici appelée courge Zucchini.


Cette année, j’ai donc décidé de goûter toutes celles qui passaient à ma portée et, pour votre culture génale, je vous propose aujourd’hui une introduction à la courge…

D’abord, sachez qu’il existe des dizaines de variétés de courges. Un de mes amis, qui a visité une ferme produisant des courges il y a quelques années, m’a expliqué que cela provenait du fait que les courges, comme les humains (tiens, tiens), pouvaient se métisser.

Comme l’explique une encyclopédie publiée par mon ancien employeur, les courges, vraisemblablement originaires d’Amérique Centrale, sont consommées depuis 10000 ans. Les courges d’hiver, qui sont celles dont je vous parle ici, peuvent être conservées tout l’hiver grâce à la protection que leur procure leur peau épaisse et non comestible. Elles sont une excellente source de potassium et de vitamine A.

Les courges d’hiver se cuisent avec la peau, au four ou à la vapeur, soit entières (il faut alors percer leur peau de trous) soit coupées en deux, en retirant les pépins. On peut aussi les faire cuire à l’eau, mais c’est à réserver plutôt pour les soupes.


Parmi les courges d’hiver:


- La citrouille

Crue et découpée de motifs diaboliques, elle décore les perrons à Halloween. Cuite et sans la peau, elle constitue des purées, soupes et tartes « santé ».

- La courge spaghetti

La particularité de cette courge est que sa chair ressemble étrangement à des spaghetti, à la fois en apparence et en goût. De fait, elle peut remplacer les spaghetti dans la plupart des recettes. Une fois cuite, on gratte la chair à la fourchette et on l’ajoute à la « sauce spaghat’ », genre bolognaise.

On peut également la manger crue et râpée.

- La courge Délicata

C’est une variété de courge spaghetti.

- La courge Stripetti

C’est une variété de courge spaghetti.

- la courge poivrée

On peut la manger simplement en purée avec de la crème sure, ou la cuire entière farcie au brie.

- La courge Butternut
On m’a conseillé de la faire cuire au four, saupoudrée de cassonade.

 

On peut également manger les graines des courges après les avoir fait sécher à l’air libre quelques jours, puis les avoir dorées au four. C’est que je me suis retrouvée couverte de boutons il y a deux ans. Il semble que je tolère assez mal la graine de citrouille…

Portez-vous bien et bon appétit !

Aurélie, reine des courges.

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 02:43

Kraft Dinner – épisode 2

 

Devinez ce que j’apprends ce jour grâce au journal Métro (et aux petites mains qui ont découpé l’article pour moi)… Que le maire de Morinville, une petite ville d’Alberta, a l’intention d’envoyer aux soldats originaires d’Edmonton stationnés en Afghanistan des boîtes de … KRAFT DINNER !!!!!

 

Il semblerait que le représentant du peuple ait discuté avec un soldat, lequel lui aurait révélé que la délicieuse mixture que – je le rappelle pour ceux qui ne suivent pas – j’ai découvert avec horreur cet été, fasse partie des douceurs du foyer qui manquent aux militaires. (La question est : est-ce que ça vient avant ou après la partie de jambes en l’air… ?)

 

Le bon samaritain aurait donc mis sur pied une entreprise de séduction de l’armée canadienne visant à affréter un avion cargo pour l’occasion. Il est loin le temps où l’on motivait les militaires à coup de clopes et de chocolat...

 

Finalement, c’est probablement l’Agence de soutien du personnel des Forces canadiennes qui enverra les précieuses boîtes dans le cadre de son programme de remontage de moral intitulé « Opération Père Noël ».

 

Je me demande s’il n’y a pas là-dessous une tentative déguisée de Kraft de convertir les Talibans à la junk food… À défaut de les rendre tolérant, rendons-les donc malades !

Ciaooooo !

 

Aurélie, engagez-vous qu’ils disaient…

 

 

 

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 21:40

 

San Francisco

 

Si j?ai affronté fin septembre les joies du voyage aérien et de ses multiples contrôles, c?est pour aller passer une semaine de vacances à San Francisco. L?occasion de faire le point sur les clichés, images d?Épinal et autres rumeurs à propos de cette grande ville, fort plaisante. (Un point subjectif, bien sûr? Je ne suis pas une sainte !)

Les rues en pente

 

 

Bon, je confirme, San Francisco c?est pentu. Mauvais marcheurs, s?abstenir. Ayant arpenté la ville dans tous les sens, j?ai même souffert de courbatures dans les mollets. Quand je vous dis que je suis vieille? Mais bon, j?ai quand même réussi ? et j?en suis assez fière ? à faire une journée de vélo et à monter une côte de 1 mile très très raide sans mourir (celle qui va de Sausalito au Golden Gate Bridge, pour ceux qui connaissent)? Les photos suivantes témoignent de ma bravoure.

 

 

 

 

 

 

 Les « cable cars »

Qui n?a jamais contemplé une photo de San Francisco montrant un tramway qui semble dater d?avant-guerre (mais quelle guerre ?) dans une rue en pente ? Eh bien moi, les vieux tramways qui grincent et qui cliquètent, je les ai vus en vrai. Même que ça s?appelle des « cable cars ». Je les ai vus, j?ai pris une photo, mais je ne suis pas montée dedans : à 5$US le trajet, j?ai préféré m?abstenir. Je précise que ce n?est pas tant une question d?argent que de principe? (eh oui, je suis une fille de principes ? mais très personnels en général, je l?avoue). Un vrai attrape-touriste, le genre de trucs qui me filent des allergies. D?ailleurs, dans les files d?attente, puis entassés à l?intérieur, il n?y a effectivement que des touristes, du moins si l?on en juge par la concentration d?appareils photos?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Golden Gate Bridge

Il est long, il est rouge et il est impressionnant. Le genre dont on prend 3000 photos sur le moment en se disant que c?est vraiment incroyable, photos dont on se rend bien compte qu?elles sont toutes identiques une fois rentré à la maison? Le pont fait partie des sept merveilles du monde moderne (haha ! qui savait que ça existait avant ce jour ???) dont la liste à été établie par l?American Society of Civil Engineers, et qui, sacrilège suprême, ne comprend même pas la Tour Eiffel, pffffff.

Le pont suspendu porte ce nom en raison de la ruée vers l?or survenue en 1848-1849, San Francisco étant appelée la golden gate. J?avoue que ça fait mieux que « Suicide Bridge », qui serait finalement plus approprié (plus de 1200 personnes se sont tuées en se jetant du pont ; 26, qui avaient la tête solide, ont survécu).

Je recommande de louer un vélo pour se promener sur le pont. Le parc National Recreation Area, située, euh? à gauche du pont (ben quoi ?) vaut aussi le détour.

  

 

 

 

  

 

Les « homeless »

J’avais lu dans les guides de voyage que le nombre de sans-logis était très élevé à San Francisco, mais je ne m’attendais pas à ça. Moi qui suis parisienne d’origine et Montréalaise d’adoption, j’ai pourtant l’habitude (mais peut-on vraiment s’y habituer ?) de voir des pauvres gens dormir dehors, mais là, ça dépasse l’entendement. Il y a des sans-logis, sans-abri, sans domicile fixe ou clochards, appelez-les comme vous voulez, à tous les coins de rue. Cela m’a particulièrement frappée dans le quartier dit Tenderloin (comme les guides m’en avaient prévenue) et sur les pelouses entourant le City Hall (i.e. la mairie). Quelle ironie… J’ai lu quelque part que cette situation découlait de la fermeture intempestive d’hôpitaux psychiatriques, ayant mis à la rue des centaines de personnes ayant des problèmes mentaux. Je ne sais pas si c’est vrai, mais rien que l’idée me rend malade moi aussi.

 

 

 

Chinatown

Sur 750 000 habitants, San Francisco compte près de 200 000 Chinois. Ça fait quand même une belle proportion. On comprend que Chinatown soit quelque chose d’assez sérieux. À côté Japantown (une mini-rue piétonne et un centre commercial) fait un peu pitié. Mais on y mange quand même de bonnes brochettes !

  

 

 

 

 

Les gays

25% des San Franciscains sont gays (je me dis qu’il y en a sûrement parmi eux qui sont chinois… et voilà que je suis perdue dans les chiffres !). Le quartier gay s’appelle Le Castro et n’a pas vraiment d’intérêt (sur le plan touristique je veux dire !), hormis pour les quelques belles maisons victoriennes qui s’y trouvent. Pour le reste c’est à vous de voir… 

Le climat

 

Qui eut cru que l’on se gelait à San Francisco ? San Francisco, c’est en Californie et la Californie, c’est le soleil et la plage. Que nenni. Moi qui espérais faire des réserves de soleil et de chaleur avant l’hiver québécois, j’ai été servie : à peine quelques heures de soleil le premier jour et une température moyenne de 12 degrés. Et quand l’écharpe est dans la valise qui est perdue… fait frette !

Les tremblements de terre

La ville de San francisco est située sur la faille de San Andreas. En 1906, elle fut presque entièrement détruite par un gigantesque incendie provoqué par un séisme d’une magnitude de 7.8 sur l’échelle de Richter. En 1989, un séisme d’une magnitude de 7,1 causa l’effondrement partiel de l’Oakland-bay Bridge mais les normes anti-sismiques des constructions permirent d’éviter l’effondrement des bâtiments. (NB : chiffres sujets à caution.) Si le sujet vous intéresse, vous pouvez aller voir ici : http://www.data.scec.org/index.html.

 

Les musées

Il semblerait que l’Asian Art Museum soit impressionnant et que le M. H. De Young Memorial Museum possède tout plein de tableaux d’Edward Hopper que j’adore… Allez savoir pourquoi, j’ai préféré consacrer mon « temps de musée » à la visite du Museum of Modern Art, que j’ai trouvé vraiment décevant. Bon, j’avoue que je suis probablement un peu blasée, car j’ai fait le tour des plus beaux musées du monde, au cours de mes nombreux voyages… Forcément, on devient exigeant. C’est qu’on s’habitue aux belles choses !

 

Alcatraz

Évidemment, je suis allée visiter Alcatraz et je peux vous dire que moisir là-bas, comme Al Capone, ça ne devait pas être ben l’fun… Regardant les hordes de touristes prendre des photos, comme moi, je me suis demandée ce que cela provoquait chez eux. Chez moi, une intense réflexion sur le système judiciaire, la durée des peines d’emprisonnement et la peine de mort. Rien que ça !

 

 

 

 

Le reste

Il y a une chose qui m’a particulièrement frappée pendant ce séjour: on prend systématiquement la peine de nous informer qu’une chose interdite l’est en vertu de la loi fédérale. Federal law interdit ceci, federal law proscrit cela. Et federal law prévoit qu’on nous jettera dans une state prison si on ne la respecte pas. C’est vrai, après tout, pourquoi faire appel à la raison ou au sens civique des individus alors qu’il suffit de brandir la menace de l’emprisonnement ? Et pourquoi se contenter de dire que c’est interdit quand on peut glisser au passage un message subliminal : la loi a tout prévu et Big Brother is watching you ? Le choc des cultures ça s’appelle. Moi qui croyais que San Francisco, ce n’était pas vraiment l’Amérique…  

Comme vous aviez tous été extrêmement impressionnés par mon diaporama de Mount Desert Island – Chronique 119, j'ai voulu réitérer la prouesse technique mais over-blog refuse de telecharger correctement ces fichues photos. Pas de diaporama donc...

 

Take care, sweet pumpkins (ben quoi, on est en octobre…) !

Aurélie, wearing flowers in her hair…

PS : les apostrophes qui sont devenues de points d'interrogation ce n'est pas ma faute non plus...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 04:55

Ce soir j'ai mis le feu!

Pour fêter le deuxième anniversaire de mon blog, j’ai décidé d’allumer les bougies. La preuve en images…

 

 


Poi_enflamme_oct2006
Vidéo envoyée par aurelie_canada
Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article