Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

Excédents de bagages 

 

Depuis la mi-avril, c’est à dire depuis que mon permis vacances-travail a pris fin, je me creuse la tête pour trouver un moyen de demeurer au Canada.  

J’ai d’abord pensé à rester quelques mois sans travailler puis, victime d’un éclair de lucidité (je n’aurai pas mes papiers de résidence permanente avant l’été 2006), j’ai envisagé la solution emploi de perfectionnement. Il s’agit de l’un des volets du programme d’échange de jeunes entre la France et le Québec.

Le seul problème c’est que, pour en bénéficier, il faut avoir une offre d’emploi en rapport avec son cursus professionnel, ce qui n’est pas une mince affaire quand on n’a pas de papiers (le principe du chien qui se mord la queue, ça vous dit quelque chose?). Après plusieurs semaines de recherches infructueuses, totalement découragée, je me suis résignée à rentrer en France pour plusieurs mois, le temps justement d’obtenir ma résidence permanente. C’est que la précarité commençait à me peser… contrairement à mes économies qui, elles, ne pesaient plus grand-chose.  

Au bord de la dépression, je me suis donc lancée fin août dans le tri de mes affaires, incapable de répondre à la question : comment faire tenir plus d’un an de sa vie dans 30 kilos de bagages?

Il faut que je vous dise qu’à mon arrivée en avril 2004, j’avais pris un vol Air Canada, compagnie qui, grand prince, autorise à ses passagers 64 kilos de bagages. Bien que ne partant initialement que pour 6 mois, j’avais décidé d’emporter à peu près toute ma maison avec moi (sans doute un moyen de calmer mes angoisses), à savoir autant de choses indispensables quand on part en voyage que : mes rollers, ma sortie de bain, des bottes, des escarpins, trois tailleurs, etc.  La chargée d’enregistrement avait bien failli faire un arrêt cardiaque en me voyant arriver avec mes 6 sacs de voyage… mais avait préféré m’informer aimablement que certes, on avait droit à 64 kilos, mais que ceux-ci devaient être répartis dans 2 valises au maximum. Ce qui nous fera 400$ US de frais pour les 4 pièces excédentaires, vous souhaitez régler par carte ou en liquide? Heureusement que j’avais la larme facile et que les superviseurs détestent voir des jeunes filles en larmes devant les comptoirs : on m’avait finalement autorisé 3 sacs dans la soute et 3 en bagages à main.

Formulée plus précisément, la question précédente est donc : comment faire tenir dans 30 kilos de bagages toutes les affaires que j’ai apportées plus toutes celles que j’ai achetées ici? Finalement il n’y a qu’une seule réponse : on ne peut pas. Et une seule solution : tout abandonner.

Les voyages à l’étranger sont un excellent moyen d’apprendre à se détacher des choses matérielles. Pour moi qui ai du mal à jeter (euphémisme pour dire que je garde tout, absolument tout, y compris les pires vieilleries), l’apprentissage est douloureux.

Dans ce contexte, rebondissement de dernière minute… 3 jours avant de partir, j’apprends qu’on m’offre un job de rédactrice médicale, ici, à Montréal. L’employeur sait que je dois rentrer en France pour demander mon visa et il accepte de repousser la date de début du contrat. Tout semble s’arranger parfaitement. C’est alors que la panique m’envahit (je commence à me méfier de mon karma) : et si ça ne marchait pas, si on me refusait mon visa? Il n’y a aucune raison objective mais j’ai appris à ne pas faire confiance à l’objectivité de l’administration.  

 

 

 

 

Pour faire face à toute éventualité, c’est à dire concrètement l’éventualité où je serais condamnée à rester en France, je décide de remporter toutes mes affaires (enfin toutes celles que je n’ai pas données à l’Armée du Salut). Arrivée à l’aéroport, je suis parfaitement décontractée avec mes deux sacs pesant respectivement 16 et 6 kilos. C’était sans compter sur la perspicacité de la chargée de comptoir (comment diable appelle-t-on les personnes qui enregistrent les bagages? Les enregistreurs de bagages?), laquelle entreprit de peser mon bagage à main, le trouvant bien volumineux. 30 kilos ??? Non mais vous plaisantez ! Vous ne pensez quand même pas que je vais vous laisser prendre 30 kilos en bagage à main?

Dans ma petite valise à roulettes, des tonnes de papiers importants : je refuse de les mettre dans la soute car ils risquent d’être perdus. Dans mon sac à dos, mon ordinateur portable, des tas de trucs électroniques et ma trousse de toilette aux 2000 pots de crème. Je refuse aussi de les mettre dans la soute (faut quand même être un peu con pour mettre un ordinateur en soute…). J’accepte finalement de me séparer de la valise, espérant que mon air catastrophé va faire oublier à l’enregistreuse de bagages le poids total de mon chargement. Bingo! (ça devient une habitude). Pas de supplément à payer et la dame a vraiment l’air embêté pour moi.

Sitôt arrivée à Paris (avec tous mes bagages, aucun n’ayant été égaré en route), j’entame le siège de l’ambassade et j’obtiens très rapidement mon visa. Yipee!! Seul problème : il me faut retrimballer mes affaires dans l’autre sens. En y ajoutant deux-trois-cinquante trucs que je veux en profiter pour rapporter…

Cette fois toutes mes tentatives d’intimidation seront vaines : 12 kilos d’excédent. Et je vous fais cadeau de 3 kilos, vous comprenez avec le prix du kérosène, on ne peut pas faire d’exception. Ça devait bien finir par arriver…

Vivre à l’étranger c’est ça : laisser des choses derrière soi, s’enrichir de nouvelles, et être tout le temps déchiré entre les deux…  

 

 

 

Enfin maintenant je suis de retour, j’ai un visa d’un an qui devrait me permettre de rester au Canada jusqu’à ce que j’aie obtenu ma résidence permanente, des perspectives, et je vais me poser. Ce qui signifie aussi que je vais continuer à vous raconter mes petites aventures québécoises, chanceux !  

Portez-vous bien.  

Aurélie, la roue tourne. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

marc 30/01/2007 17:52

 Bravo Aurelie. je viens seulement de decouvrir les blogs et les tiens que j'ai tous lus d'un seul trait m'ont fait passer du rire aux larmes à la tristesse lors de tes problèmes, mais j'ai adoré, Tu as une façon de raconter qui me touche beaucoup.  Merci a toi et a ton humour.
  D'un retraité quebecois qui achete également a Dollarama; bonne chance a toi.

Aurelie au Canada 29/12/2005 17:34

>Flo : pour le billet aller-retour ce n'est pas la peine. Ils te le diront a l'ambassade si tu poses la question. Ils savent bien qu'acheter un billet retour un an a l'avance ca coute une fortune...

flosurleplateau 29/12/2005 08:47

Juste une question concernant les démarches administratives...je suis dans la même situation que toi il y a quelques temps. Je souhaite retourner en France pour prolonger le PVT par l'emploi de perfectionnement. Juste une question, t'ont ils demandé et ont ils vérifié si tu avais un billet allé retour en main. (tu comprendras que je n'ai pas envie d'en payer un de trop!). Si tu peux me répondre, voici mon courriel...flosurleplateau@hotmail.com
 

Antoine 11/10/2005 18:18

même problème avec Corsair, sauf que j'ai dit (bêtement) que je n'étais plus étudiant!
j'ai fait une tête de 3 pieds de long quand elle m'a dit qu'il fallait payer 350pièces!
et finalement, j'ai montré ma carte d'etudiant perimee depuis un an... pour retourner en France, fauché de toutes façons...

Frack 08/10/2005 17:55

Ben voyons, le prix du pétrol qui monte mais c'est bien sûr la bonne excuse ! Et si on considère un qu'un européen moyen pèse etre 55 et 70kg et qu'un américain moyen pèse entre 80 et 130 kg, qui est le laron qui paie le plus dans l'affaire ? Dans tous les cas j'ai une amie qui ne se gne pas de le dire en pointant un gugus dans la file d'à coté en disant : "je pèse 53 kg toute habillée et lui je suis sur qu'il dois faire deux fois plus, me sortez pas ce genre de connerie, je ne paierais pas" ben crois le ou non, elle n'a jamais payé un kg de plus de sa vie et elle en a toujours trop...