Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 06:56


Mauriiiiiiice!!

 

Il y a peu de temps, j’ai enfin vu Maurice Richard, film sur le joueur de hockey du même nom (né en 1921, mort en 2000), qui figurait depuis une éternité sur ma liste des films québécois à voir.

J’y tenais, car Maurice Richard est une figure nationale, un monument dis-je, et que, comme vous le savez, je fais feu de tout bois quand il s’agir d’améliorer ma culture québécoise. (C’est ainsi que je suis allée m’acheter, l’autre jour, un hot-dog au Pool Room, qui est soi-disant LE spot à hot-dogs de la ville et que… beuuuuuuuuurk! Enfin je m’égare.) 

Grâce à ce film donc, j’ai découvert que le hockey était un sport… de cinglés. Et que je te pousse, et que je t’étrangle, et que je te fais un croche-pied, et que je te donne des coups de crosse sur la tête. Une vraie boucherie. Sans doute cela explique-t-il que les interviews de certains joueurs manquent de… vivacité? C’est que les commotions cérébrales, ça laisse des traces. Je vous dis que nous sommes chanceux que les joueurs portent aujourd’hui des casques, ce qui n’était pas le cas de notre ami Maurice et de ses collègues de l’époque.

Ce que j’ai découvert surtout, et que je ne soupçonnais pas, c’est que Maurice Richard est un film politique. Oui, oui, politique. Outre un certain nombre d'exploits sportifs, il raconte comment Maurice the rocket, en tant que joueur francophone, fut victime de coups bas, d’injures, de discrimination, raillé par les journalistes en raison de son incapacité à leur répondre correctement en anglais. Mais surtout, il raconte comment ledit Maurice osa un jour s’élever contre l’oppression, dénonçant les pratiques discriminatoires de la ligue nationale de hockey envers les joueurs francophones. Le message implicite c’est que, grâce à Maurice, le Québec francophone tout entier a relevé la tête.  

Cela se passait dans les années 1950. Après ça, il y a eu la révolution tranquille, caractérisée par une transformation majeure de la société québécoise sur les plans social, économique, politique et religieux (faut que j’en parle plus en détail un de ces jours); et puis ensuite, il y a eu la loi 101, faisant du français, parlé par la majorité, la langue officielle du Québec (oui, je sais, ça aussi il faut que j’en parle). Bref, les choses ont pas mal évolué.

Il reste cependant de cette époque un ressentiment assez net chez les francophones, du moins si j’en crois mes amis québécois. Même que c’est comme cela qu’ils justifient leur désir d’indépendance…  

Moi, évidemment, je suis mal placée pour juger de la chose. Je ne peux pour l’instant qu’écouter et essayer de comprendre.

Portez-vous bien, franco, anglo, et allo-phones et allez dans la paix de Maurice.
 

Aurélie, 102, 103, 104…

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

tchendoh 13/05/2007 18:54

Je suis content t'aies vu ce film! J'aime bien le faire écouter aux gens qui arrivent d'ailleurs.

sophie 08/05/2007 14:04

chouette blog

Folliculaire 04/05/2007 05:38

Allez-y pour la série Lance et compte, si vous voulez connaître les Québécois! L'époque de Maurice Ricahrd est révolue et le Qc a passablement changé. Ceux qui exprime encore cette amertume... sont pas mal âgés et les plus jeunes se foutent pas mal de l'indépendance, si vous voulez.
Pour revenir au Hockey, je préfère Vincent Lecavalier ou Crosby, de vrais Québécois ou Canadien.

Garry 03/05/2007 19:51

J'aimerais ajouter qu'une série passait (passe encore?) à Radio-Canada, un soir (de la semaine, je ne sais plus lequel). Ça s'appelle «Hockey, la fierté d'un peuple» et c'est vraiment intéressant ( Je ne suis vraiment pas fanatique de sport en général et pas du tout de hockey en particulier), même si ça parle de hockey.  Un peu difficile à décrire, mais ça vaut la peine de regarder. (Pour ceux/celles qui voudraient connaître l'heure de diffusion, le www.radio-canada.ca est la place)

Jay-Dee 02/05/2007 13:58

Je m’excuse à l’avance, Aurélie, ma petite franç…euh…néo-québ…euh…québécoise viscérale et passionnée de la culture de la belle province dont je ne me souviens pas du nom parce que j’ai trop bu hier soir et que j’ai envie de faire une bonne pisse, mais j’ai la diarrhée verbale, alors je vais te déranger pendant une minute (ça dépend à la vitesse à laquelle tu vas lire ce matin et à la quantité de bière que tu as bue la veille…Décidément, tout se lie).  Bon. Euh…Pardon. J’ai erré. Alors, voilà! Vers quatre heures du matin, j’étais devant mon ordinateur et je lisais des trucs dans la cyberpresse (je sais, je sais! Je suis le roi des orignaux, mais je vais bientôt prendre un élan vers l’originalité! Je vais essayer si je ne sombre pas dans le vice du liquide qui stimule et détruit en même temps mes cellules de plus en plus grises.  Disais-je quelque chose d’intéressant?  Pas vraiment.  Alors, je prendrai un raccourci.  J’ai reçu les premières lignes de ta chronique bicause (dans le Petit Robert (page 240, sous l’entrée « because », soit-dit en passant pour les puristes) que j’ai immédiatement dévorées…Maurice…Oh! Oui, Maurice Richard…Oui…Évidemment pour quelqu’un qui est…euh…qui parle avec un ac…euh…pour toi qui découvre notre pays (« notre » au sens du tien et du mien.  J’aime bien t’intégrer dans mes pensées et mes projets vaguement littéraires)…Maurice Richard, c’est un incontournable!  Mais étant donné que je t’ai lue avec l’esprit imbibé de bibine, j’ai crû pendant 99 nanosecondes que tu étais sur le point de parler de mon pote Maurice Boyer.  Tu ne connais pas ce monument de la contre-culture-précieuse-sous-un-emballage- rustred’ici (ton ici, ici, chez toi ou chez moi?  Et chez les Johnson de la pub de Desjardins qui a un je-ne-sais-quoi d’autonomiste comme dirait le chef de l’opposition officielle)…Je suis paumé…Je m’excuse. J’y arrive. Bref, Maurice, mon Maurice à moi, il a fait une chanson sur un autre monument de la sous-culture (la sous-culture et la contre-culture? Je ne suis pas certain. Elles sont peut-être de la même famille…Il faudrait que je consulte l’arbre gérontophile (je sais! Il fallait écrire « généalogique ». Ah! Laissez-moi déconner, enfin!!!  Je suis gérontophile. Je l’admets). Bref, monsieur Boyer a écrit une chanson amusante (tous les goûts sont dans la nature) sur le doc Mailloux.  Si tu ne le connais pas, jeune Aurélie a l’esprit aventureux, je te propose d’aller entendre ladite chanson. Voici le lien.  J’espère que cela ne contrevient pas à tes politiques concernant les commentaires sur ton blog(ue). Si c’est le cas, je plaiderai l’ignorance.
Ah! Que ça fait du bien d’écrire le matin!!! Ciao!
Lien : chanson Doc Mailloux : http://www.lerustre.com/lerustre/musique/mailloux.mp3