Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 20:23

Incursion en territoire français

 

 

 

 

Avant les fêtes, je suis allée m’inscrire au consulat français de Montréal, afin de pouvoir voter aux présidentielles. C’est qu’avec ce qui s’en vient, ce n’est pas le moment de niaiser… En fille organisée, j’ai téléphoné avant d’y aller pour savoir quels papiers je devais apporter. Réponse sans équivoque, du style à m’impressionner par sa précision :

 

-         Carte nationale d’identité française,

 

-         Carte de résident permanent,

 

-         Justificatif de domicile,

 

-         Photo.

 

 

 

Les heures d’ouvertures m’ont aussi impressionnée, mais cette fois moins favorablement: 8h30-12h. Une chance que je ne travaille pas. Enfin que je ne sois pas salariée, car il aurait fallu que je prenne (il eut fallu que je prisse) une demi-journée de congé. Faut avoir une sacré conscience citoyenne pour ça…

 

 

 

À 11h, je me pointe au consulat. Je suis accueillie par un garde revêche (québécois) qui me désigne une file de l’autre côté du couloir. Perspicace, j’en déduis que c’est là qu’il faut attendre. Après une heure et quart d’attente (probablement pas ici qu’on va battre des records d’abstention), me voilà de nouveau devant le garde revêche, qui, après une fouille en règle, m’autorise à pénétrer dans le sanctuaire. Ouf. Ah ben non. Pas ouf. Je suis dirigée dans une salle de deuxième attente, cette fois avec un numéro qui m’informe qu’il y a environ 30 personnes avant moi. C’est pas gagné, comme dirait l’autre. Bon, je patiente. Je patiente. Je patiente. Je m’impatiente. Ok, il faut que j’annule mon lunch avec Stéphane. “Excusez-moi monsieur le garde (pas revêche), pourrais-je téléphoner s’il vous plait?” Pas de problème. Pourquoi donc avais-je déjà anticipé qu’il y aurait un problème. Après tout, les appels sont gratuits à Montréal. Le garde pas revêche m’ouvre une porte et je me retrouve… dehors. Euh, mais euh, c’est que, euh… Y a pas de téléphone au consulat???? Ah non. Faut redescendre au rez-de-chaussée. Là, il y a des cabines. Mais, mais, mais, vous allez me laisser re-rentrer hein? Oui. Encore une fois, pourquoi je m’inquiète? Ben oui, pourquoi?

 

 

 

De retour dans la salle d’attente, je constate que mon numéro est encore loin. Alors je patiente. Je patiente. Je patiente. Finalement mon numéro sort. J’en arrivais à me dire que j’avais une chance sur 100 millions, alors je suis crissement contente. J’explique à la madame insipide du comptoir que je suis là pour m’inscrire sur les listes électorales. Elle le note… et me renvoie à ma place. Pardon???? Oui madame, on va vous appeler. Mais comment ça? On ne peut pas le faire maintenant? Non madame, on va vous appeler. Retour dans la salle. Là, je ne patiente plus du tout. J’attends. Et j’ai perdu mon sourire depuis un boutte. On finit par m’appeler. Il est 13h45. Je tente de garder un semblant d’amabilité (et de dignité) quand une dame qui ne m’a (encore) rien fait m’introduit dans son bureau.

 

 

 

Je sors mes pièces et j’attends (ça devient une habitude). La dame aussi attend. Mais quoi donc? Mon passeport, Mon passe---- quoi????? Votre passeport, madame, il me faut votre passeport pour faire les papiers. On se calme, on se calme.

 

        Je n’ai pas mon passeport, parce que, voyez-vous, j’ai téléphoné pour demander ce que je devais apporter et personne ne m’a parlé de mon passeport. Regardez, j’ai la liste là. Y a pas écrit passeport dedans.

 

        Évidemment, la pauvre jeune fille du standard est débordée. Ce n’est pas de sa faute si vous vous inscrivez tous à la dernière minute…

 

Mais oui, bien sûr, que chu bête! Quand les services publics ne fonctionnent pas, c’est de la faute de l’usager, bien sûr. Comment ai-je pu perdre de vue une évidence de ce genre?

 

 

 

À vrai dire, je ne comprends pas vraiment pourquoi on a besoin de mon passeport vu que j’ai apporté ma carte d’identité. Considérant le regard empli de commisération que me jette la dame quand je pose la question, il semble que mon incompréhension soit le signe évident de mon intelligence limitée. “Mais enfin, c’est l’étranger ici. Pour y être vous devez avoir un passeport.” Justement, j’y suis. Ça veut donc dire que j’en ai un. Je ne suis pas venue à la nage, tabarnak!!!

 

 

 

Constatant les jets de fumée qui sortent de mes narines, et craignant probablement que je lui refasse le portrait, la dame a finalement décidé d’être compréhensive et elle m’a autorisée à faxer mon passeport plus tard. Je n’ai pas de fax, mais ce n’est pas grave, je me débrouillerai. Tout ce que je demande c’est de ne plus jamais remettre les pieds ici. Cette brève incursion en territoire français m’a mis dans un état d’énervement que je n’avais plus connu depuis longtemps. Depuis que je vis ici en fait.

 

 

 

Portez-vous bien et si le métro est en grève, battez votre coulpe.

 

 

 

Aurélie, peace and love and zen attitude.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

lyns 04/04/2007 02:00

MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR! MDR!ça c'est bien la France, y a rien à dire!T'apporte la paerasse qu'il te demande, avant de partir de la maison tu vérifie 70 000 que tu as bien ces ****** papiers et qd t'arrive (enfin qd on appèle ton numéros) on te dit gentiment NON IL MANKE UN PAPIER!BANDE D'*******, de ******, de ******, ... vous pouviez pas le dire au téléphone ou sur votre site web??????Pareil pour moi depuis que je suis aux U.S.A. Au moins eux, ils sont clairs, précis ET ... PONCTUELS !!!!!

Sylvie 23/01/2007 14:36

Erf... c'est abérant tout ça.. décidément l'administration a encore beaucoup d'effort à faire.
En tout cas bravo pour votre blog, celà donne quand même envie d'aller visiter le canada ;-)

Dams 22/01/2007 18:47

Joliment raconté, c'est mignon, frais, la bonne surprise de la fin de journée.....et pour nos fameuses administrations...quelle impression de déjà -vu, comme quoi certaines choses sont immuables ;o)...mais étonnamment, il y a bien pire...si, si !bonne continuation !

Claude 22/01/2007 09:44

Bonjour Aurélie,
Bienvenue en terre québécoise...je vois que tu as pris quelques usages dans le parler.  Ton récit m'a bien fait sourire et m'a rappeller des souvenirs de voyages en Europe.  Paris au mois de février, c'est pas un cadeau.  Je me souviens d'être aller à la banque pour échanger mes dollars contre des francs (on n'était pas encore à l'euro).   On attendait en ligne que les portes s'ouvrent, c'était le matin.  Puis, finalement les premiers employés se pointent.  Mais là, avant que le premier client soit servi, il fallait attendre que tout le monde se soit donner la bise sur les deux joux...tout un spectacle pour un Québécois de passage...
Et à l'aéroport !  Ah là tu vas rire.  J'avais rencontré un gars de Paris dans l'avion et il me racontait son voyage en terre du Québec et tout.  Bref, on arrive à Charles-Degaules et histoire de prendre le poux, j'invite mon copain à prendre un café au resto de l'aéroport.  Je demande un café avec deux crèmes (ah là je te vois sourire).  Bon le gars m'apporte un café noir et deux cafés crèmes...POUR MOI TOUT SEUL.  Mais j'ai dit qu'est-ce que c'est que çà ?  Et le gars m'explique ce que j'avais commandé.  Un café noir et deux grand crèmes !  Et je pourrais t'en conter des tas comme çà et tu sais quoi...j'adore la France et les Français...ils sont si mignons...surout les Françaises bien sûr...
Encore bienvenue au Québec et ne perd pas ton accent là....
Claude

Cécile Gladel 21/01/2007 19:02

Hahahahaha mais c'est la même chose dans la bureaucratie canadienne et québécoise...
Comme l'on dit plusieurs autres français de Mtl, je me suis moi z'aussi inscrite par internet, plus rapide, ça fonctionne et on reste zen:)
Et pour ceux qui se demandent pourquoi on veut voter puisque dans mon cas cela fait 20 ans que j'habite le Québec...bien car j'ai toujours ma famille et des intérêts en France, je suis toujours française et j'ai toujours le droit de vote alors pourquoi pas ? C'est vrai que je ne vote que très très rarement. Ce sera la 2e fois en 20 ans. La seule fois que j'ai voté c'était au 2e tour des dernières élections présidentielles....Je n'étais pas inscrite à Montréal mais toujours dans mon petit village auvergnat. Par hazard, je m'y trouvais lors du 2e tour donc c'était de mon devoir d'aller voter...
Cette fois-ci c'est mon devoir aussi. Imaginez si une femme devenez Présidente ! Waou enfin :)