Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

14 mai 2005 6 14 /05 /mai /2005 00:00

 

Colocation

 

 

 

 

 

La colocation est une pratique très répandue à Montréal, et pas seulement chez les étudiants. Je connais nombre de trentenaires qui partagent leur appartement.

 

Quand je suis arrivée ici, j’ai malgré tout opté pour un petit studio onéreux parce que je voulais y être seule. Pouvoir me balader en petite culotte, ne pas faire la vaisselle, laisser traîner mes fringues partout, prendre un bain à 4h du matin, bref, laisser libre-cours à toutes mes petites extravagances (bizarrement, je préfère ce mot à « défauts » !), sans contrainte.

 

 

 

Ensuite, je me suis installée avec Christophe, dont les petites extravagances étaient compatibles avec les miennes.

 

 

 

Et puis, il y a un peu plus de deux semaines, Christophe m’a annoncé que ça ne pouvait plus durer entre nous. Il a donc fallu que je déniche une nouvelle maison et je me suis retrouvée confrontée à la question de départ : coloc ou pas coloc ?

 

Cette fois, bien obligée compte tenu de ma situation financière, j’ai fait le choix de l’économie c’est à dire celui de la colocation. On peut dire que j’ai eu de la chance dans mon malheur puisque j’ai trouvé en deux jours, dans le quartier que j’aime, avec deux gars très sympathiques (un Québécois, François, et un Français, Etienne).

 

 

 

Je découvre donc sur le tard les joies de la vie à plusieurs. Et je suis heureusement surprise. Moi qui avais peur d’être obligée de faire la conversation même les jours où je n’ai pas envie de parler (eh oui, ça m’arrive), moi qui avais peur d’être envahie, je constate qu’on peut tout à fait vivre en bonne intelligence, sans se marcher dessus. Et que je peux continuer à laisser traîner mes affaires partout dans ma chambre. Et que personne ne mange mes provisions ni ne pique mon gel-douche sans me le demander. Le seul truc c’est la vaisselle : obligée de la faire au fur et à mesure. Mais j’imagine que ce genre de contrainte doit être acceptable quand on a 30 ans. Sans doute sortirai-je grandie de cette expérience !

 

 

 

Tout ceci m’a permis de découvrir les deux différences fondamentales entre les hommes et les femmes. Pas avare de mon savoir, j’ai décidé de vous les révéler.

 

1.     Les hommes ne voient pas la crasse. Ce n’est pas parce qu’ils y mettent de la mauvaise volonté. Ils ne la voient pas, c’est tout. De même, ils ne remarquent pas quand on a nettoyé. Ce n’est pas parce qu’ils y mettent de la mauvaise volonté. Ils ne remarquent pas, c’est tout.

 

2.     Les femmes passent des heures au téléphone. Chaque fois que ça sonne, c’est pour moi. Chaque fois que mes colocs veulent téléphoner, la ligne est déjà occupée… par moi. Ce n’est pas parce que j’y mets de la mauvaise volonté. Je suis bavarde, c’est tout. Surtout en période de crise.

 

 

 

Ce qui est positif dans cette histoire, c’est que je suis obligée de faire bonne figure. Pas question de pleurer toute la journée. Je ne suis pas dans une maison de crise mais dans une colocation. Espérons que je sortirai aussi grandie de cette expérience-là !

 

 

 

Je vous embrasse, mes amis, j’espère que vous allez bien.

 

 

 

Aurélie, grande fille résiliente.

 

 

 

PS : Ca y est je me suis décidée : je vais essayer de passer quelques matières de psycho en juin. Ça sera toujours ça de fait, même si je n’ai qu’un mois devant moi pour étudier (après tout j’ai l’habitude). Il ne faut pas se laisser abattre !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

stephane 04/07/2005 02:45

je conseille fortement a tous les nouveaux arrivants, d'utiliser la colocation. Cela permet d'avoir un loyer moins chere, de faire des connaissances et de pas rester tuot seul en periode de deprime. vous pouvez me demander le site pour trouver une colocation par le biais de mon blog.

gwen 11/06/2005 19:57

salut aurelie,
ton blog me fait sourire a chaque fois,
pour les hommes et la crasse... chapeau, je voies la crasse, et je nettoies, je ne suis pas maniaque, je suis humain,
est ce que tu met tes emballages de burritos entre le frigo et le placard quand la poubelle est juste derriere toi? ah ok, tu n aimes pas la nourriture mexicaine ? ca marche aussi pour l ice cream!

viking 19/05/2005 09:37

n'y a t'il pas de nouvelles photos d'Aurélie montrant le printemps quebecois?

Youcef 18/05/2005 23:09

Salut Aurélie,

Tu as de l'or en barre entre les mains (ou dans la tête je sais plus) écrit un scénario de film (ou un livre je sais plus) racontant l'arrivée d'une française à Montreal avec toutes les joies et les peines liées à cette aventure, je suis certain que cela ne posera aucune difficulté et qu'on pourrait en faire un film (ou un livre je sais plus) !!!

Youcef qui te donne de bonnes idées et qui est certain que tu vas t'en sortir

Emilie en Chine 18/05/2005 03:55

Ah les joies de la vie à deux...
Ah les joies de la vie de l'expat...
Aurélie, à des kilomètres d'océan, je suis avec toi. Tu retomberas sur tes pieds ma belle!
On se voit bientôt (incroyable mais vrai, il ne reste que deux mois et demi à mon séjour...)
Gros câlins,
Emilie en Chine XXXXXX