Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 00:27

Hier soir, alors que je soupais dans un restaurant Africain en compagnie d’un Australien, j’ai été victime d’une attaque raciste en règle. Autant dire que ce ne fut pas une partie de plaisir.

À la fin du repas, composé de poulet Yassa et de m'boum au Neverdaye, le restaurateur sénégalais nous propose de nous raconter des contes africains, quelle bonne idée. Outre les susmentionnés nous, il y avait à ce moment-là dans le restaurant trois Québécois, deux femmes et un homme, passablement éméchés. Dès le départ, l’agressivité a été de mise : une des femmes m’a demandé d’où j’étais et a failli s’étouffer quand je lui ai répondu « de Montréal », manifestement prise d’une forte envie de m’étrangler. Après admonestation – sans doute eut-elle aimé me frotter la langue avec du savon pour me punir de mes mensonges – destinée à me faire admettre que je n’étais pas de Montréal puisque je n’y étais pas née (si elle voulait m’entendre lui dire ce qu’elle savait déjà, il me semble que « où êtes-vous née? » eut été une formulation plus adéquate de la question, mais enfin…), la dame – nous l’appellerons désormais « Grosse-vache-défraîchie », par souci de facilité et de politesse, car ce sont des adjectifs moins flatteurs qui me viennent tout naturellement en tête – s’est fendue du traditionnel discours sur les Français « arrogants, chiants, méprisants ». Pleine d’objectivité, elle a tout de même admis que nous nous étions améliorés ces dernières années, c’est bon à savoir, merci. Soucieuse de ne pas gâcher la soirée, et jugeant que son alcoolémie n’était guère propice à la discussion, je n’ai pas bronché : je me suis contentée d’être agacée à l’intérieur.

Les choses ont complètement dégénéré quand, à la fin du conte, le restaurateur – nous l’appellerons désormais « Stand-up-for-your-rights » – a annoncé qu’il allait maintenant en raconter un second en anglais, afin que l’Australien qui m’accompagnait – appelons-le « T’es-donc-ben-cute » (ben quoi?!) – puisse également profiter de la soirée. Il me faut ici préciser que T’es-donc-ben-cute ne vit de manière permanente au Québec que depuis peu, ce qui explique qu’il n’ait pas encore appris le français – même s’il est justement venu ici pour cela au départ. Grosse-vache-défraîchie s’est mise immédiatement mise à vociférer que cela était inadmissible, qu’il n’était pas question qu’on lui parle anglais, qu’elle n’avait pas à tolérer ça. Voyant qu’on frôlait l’incident diplomatique, j’ai dit à Stand-up-for-your-rights qu’il pouvait continuer en français, que cela ne posait pas de problème, ni à T’es-donc-ben-cute ni à moi. Stand-up-for-your-rights semblait toutefois peu disposé à se faire dicter la loi dans son propre restaurant et a donc répliqué à Grosse-vache-défraîchie que, chez lui, on ne faisait pas de discrimination de ce genre, que tout le monde était le bienvenu, qu’il parle français ou non, qu’il avait l’habitude de raconter ses contes en français et en anglais et que jamais au grand jamais personne ne s’en était plaint. Il a donc commencé à raconter, en anglais. Grosse-vache-défraîchie a quitté son siège sur le champ et est allée se rasseoir à sa table, suivie de ses deux acolytes. Et c’est là qu’elle s’est mise à beugler (on comprend désormais d’où vient son surnom!), activement soutenue par ses comparses, que tout ceci était scandaleux, que ce n’étaient pas des étrangers qui allaient faire la loi chez elle, et pour qui elle se prend celle-là à dire qu’elle est de Montréal, qu’ils retournent chez eux ces tabarnacs… J’étais littéralement estomaquée. Le pire, c’est que, bien que ce soit T’es-donc-ben-cute qui ne parle pas français, c’est finalement moi qui ai mangé le plus de marde, ostie de maudite Française que je suis.

Rentrer chez moi, je devrais rentrer chez moi?!? Et c’est où chez moi, hein?

Le plus fou dans toute cette histoire, c’est que Grosse-vache-défraîchie vit à Ottawa (!) et est directrice (directrice, hein, pas autre chose que directrice, elle l’a suffisamment répété) d’un programme d’insertion des immigrants (re ! et même peut-être !! ou !!! voire !!!!). Moi, je pose la question : comment diable le gouvernement choisit-il ses fonctionnaires? Et comment peut-on accepter qu’une personne chargée d’accueillir les immigrants les considère comme une nuisance plutôt que comme une richesse?!

Pour tout vous dire, je suis affreusement choquée et blessée. Moi qui adore le Québec, qui ne cesse de vanter les mérites de la vie à Montréal, qui m’applique à consommer local pour encourager l’économie, qui travaille (indirectement, certes, mais tout de même) à la santé de la population québécoise, me faire traiter comme ça, je trouve ça épouvantable. Je sais bien que ce n’est que le fait d’une pauvre femme aigrie dont le cerveau était liquéfié par le vin, mais ça fait mal tout de même…

J’ai une pensée particulièrement compatissante pour ceux qui, en raison de leurs origines, sont victimes d’insultes au quotidien. Leur vie doit être un enfer.

Portez-vous bien et aimez-vous les uns les autres…

Aurélie, meurtrie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

louchart 30/01/2016 12:05

Bonjour à tous, je suis Anne Carole Louchart une mère célibataire de deux (2) enfants vivant dans la région Pays de la Loire en France, je vais vous faire part de ce grand témoignage sur la façon dont je l'ai eu mon prêt de Mr. Gilles NEVEU, lorsque nous avons été chassés de notre appartement louer quand je ne pouvais plus payer mes loyers, mes factures, Après avoir été victime d'une arnaque par diverses entreprises en ligne et refuser un prêt par ma banque,mes enfants ont été prises par la famille d'accueil, je suis toute seule dans la rue. Jusqu'à un jour, j'ai rencontré une ancienne camarade d'école qui m'a présenté à ce prêteur craignant Dieu. Au début, je lui ai dit que je ne suis pas prêt à prendre le risque de demander un prêt plus en ligne, mais elle m'a assuré que je vais recevoir mon prêt de lui. Sur une seconde pensée prise à cause de mon itinérance j'ai essayé de m'appliquer pour le prêt, j'ai remplis le formulaire de demande de prêt et a procédé avec tout ce qui a été demandé de moi, heureusement pour moi il m'a donné un prêt de 80.000 euros que j'ai demandé à ce prêteur Mr Gilles NEVEU (gillesneveu3@gmail.com ) et je suis heureuse, j'ai pris le risque et j'ai eu mon prêt. Mes enfants ont été rendus à moi et maintenant je possède un autre appartement et ma propre entreprise. Tous ces gratitudes va à Mr. Gilles Neveu. Dieu a envoyé ce prêteur pour donner un sens à ma vie quand je l'avais perdu tout espoir, donc je fait un vœu à moi-même que je vais continuer à témoigner sur l'Internet de la façon dont je l'ai eu mon prêt. Avez-vous besoin d'un prêt d'urgence ? Aimablement et rapidement contacter cet grand homme maintenant par courriel: gillesneveu3@gmail.com pour obtenir votre prêt et surtout éviter les arnaques. Il est bon généreux et très rapide.

louchart 30/01/2016 12:05

Bonjour à tous, je suis Anne Carole Louchart une mère célibataire de deux (2) enfants vivant dans la région Pays de la Loire en France, je vais vous faire part de ce grand témoignage sur la façon dont je l'ai eu mon prêt de Mr. Gilles NEVEU, lorsque nous avons été chassés de notre appartement louer quand je ne pouvais plus payer mes loyers, mes factures, Après avoir été victime d'une arnaque par diverses entreprises en ligne et refuser un prêt par ma banque,mes enfants ont été prises par la famille d'accueil, je suis toute seule dans la rue. Jusqu'à un jour, j'ai rencontré une ancienne camarade d'école qui m'a présenté à ce prêteur craignant Dieu. Au début, je lui ai dit que je ne suis pas prêt à prendre le risque de demander un prêt plus en ligne, mais elle m'a assuré que je vais recevoir mon prêt de lui. Sur une seconde pensée prise à cause de mon itinérance j'ai essayé de m'appliquer pour le prêt, j'ai remplis le formulaire de demande de prêt et a procédé avec tout ce qui a été demandé de moi, heureusement pour moi il m'a donné un prêt de 80.000 euros que j'ai demandé à ce prêteur Mr Gilles NEVEU (gillesneveu3@gmail.com ) et je suis heureuse, j'ai pris le risque et j'ai eu mon prêt. Mes enfants ont été rendus à moi et maintenant je possède un autre appartement et ma propre entreprise. Tous ces gratitudes va à Mr. Gilles Neveu. Dieu a envoyé ce prêteur pour donner un sens à ma vie quand je l'avais perdu tout espoir, donc je fait un vœu à moi-même que je vais continuer à témoigner sur l'Internet de la façon dont je l'ai eu mon prêt. Avez-vous besoin d'un prêt d'urgence ? Aimablement et rapidement contacter cet grand homme maintenant par courriel: gillesneveu3@gmail.com pour obtenir votre prêt et surtout éviter les arnaques. Il est bon généreux et très rapide.

chnioula 11/05/2011 23:19



Aurélie,


Tes récits sont bien agréable à lire.


Ton histoire devrait en interpeller plus d'un car malheureusement cest une des raisons qui m'a fait fuir la France ou j'ai vécu pendant dix années (et pays que j'adore o passage) qu'on
me demande constamment d'où je suis et qu'on me rapeller que je suis pas la bienvenue.


Au plaisir de continuer à te lire :)



delphine 07/03/2010 21:26


il y a des abrutis partout québec ou pas!


Barbara 17/01/2010 00:42


Allo Aurelie.

Tu te souviens de moi? l'amie de Lolo .

Je viens de lire ton billet qui m'a fait bien sourire.

Ma foi tu decris ce que je vis au quotidien depuis 10ans. Ouvrir la bouche aupres d'un local-quebecois, c'est deja connaitre sa premiere phrase, c'est a dire:
"Ah .. (ton un peu decu)..Vous etes Francaise?"

Selon mon mood, j'ai plusieurs reponses cles:
- "Oui oui je suis en vacances"..-> la convesation devient legere
- "non j'habite ici et je suis meme canadienne" -> la conversation devient lourde et diplomatiquement difficile a tenir.
- L'autres options c'est de parler en Quebecois "lau lau", parfois j'arrive a me faire passer pour une quebecoise pure laine-> La la conv devient geniale, et j'arrive a parler de la vie au
quotidien a montreal.

Pourtant je suis tj la meme fille : Barbara