Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

17 juin 2004 4 17 /06 /juin /2004 00:00

 

 

 

Looking for Richard

 

 

 

 

 

 

Les enfants ne se font pas de cadeaux, ils font des échanges. Mais si, rappelez-vous. Tu me donnes une gomme et je te donne mon calot arc-en-ciel. Tu me prêtes ta corde à sauter et je te prête mon élastique... Je me souviens m'être fait passer un savon par ma mère parce que j'avais échangé le joli collier qu'elle m'avait rapporte de Grèce contre un bic a encre rose...

 

 

Et Richard est un enfant. Je vous l'ai dit mais j'ai du moi-même le perdre de vue. Car moi, moi qui me gave de Nutella, qui adore les surprises, qui accroche des ballons a ma porte quand je fête mon anniversaire, bref, moi qui suis pourtant une enfant par de multiples aspects, je viens seulement de comprendre son mode de fonctionnement. Les cadeaux que me fait Richard ne sont pas gratuits... Qu'est-ce que je suis naïve quand même!

 

 

 

10h. Dimanche matin, on sonne a ma porte. Furieuse et abasourdie  ("Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel...?"), je vais ouvrir.

 

Une apparition. Richard en chemise hawaïenne, short, d'immenses lunettes de soleil sur les yeux, pendentif brillant de mille feux autour du cou, me montre fièrement ses achats du jour : une montre rutilante ("quinze pias") et une bague qui lui fait presque de l'ombre ("dix pias"). Oui Richard, c'est super, mais bordel de nom de dieu, je dors! Pas de problème : il repassera plus tard... Euh, je préfère passer moi, ce soir, d'accord?

 

 

 

20h30 dimanche, c'est moi qui sonne a la porte de Richard.

 

Des pas traînants et un Richard a peine réveille qui passe la tête dans l'entrebâillement de sa porte. "Salut Richard. Oh je te réveille? Désolée!". Un air perplexe. Un regard vitreux. Richard me répond : "Pourquoi tu viens?". Ben merde alors... "Euh ben, je t'avais dit ce matin...". "Allez tiens, entre donc". Non, la, ça ne va pas le faire, Richard. Je risque de vomir sur ta moquette tellement ça sent mauvais chez toi... "Je ne veux pas te déranger... T'es sur? Bon d'accord".

 

 

Erreur fatale, évidemment. Je commence a percevoir ce que peuvent ressentir les condamnes qui se dirigent vers la guillotine.

 

 

Voila l'enfant Richard, Richard mon ami, Richard qui possède tant de belles choses, qui se lance dans un inventaire complet de son appartement.

 

Il me montre tour a tour : sa collection de disques d'Elvis, la photo de ses parents (déjà vue, mais ca fait tellement plaisir...), un roman Arlequin qu'il vient de lire (oh, il sait lire!), sa peluche de Scoubidou, son vélo d'appartement, les barres énergétiques qu'il a reçues de l'Armée du Salut ("Tiens prends-en une". "Non merci". "Mais si, ça me fait plaisir". "Non merci vraiment". "Tiens, prends je te dis, ça me fait plaisir et puis tu m'as donne des gommes". "Non vraiment Richard tu les mangeras". "Mais prends-les, ça me fait plaisir" "Bon d'accord".), ses statues de la Sainte Vierge, un faux téléphone portable qui joue une petite musique, une sucette dans un faux bouquet avec une rose et des petites fleurs blanches en tissu ("Tiens prends, c'est pour femme". "Non merci". "Mais prends ça me fait plaisir". Etc. "Bon d'accord"), son oreiller ("il est sale" Ah bon??? c'est pour ça qu'il brille?), le poster d'Elvis (déjà vu, mais ça fait tellement plaisir...), le contenu de son armoire de salle de bain, les produits qu'on lui a donne a la pharmacie ("Tiens prends le shampoing, c'est pour femme pi moi j'l'aime pas... y m'donne des pellicules". "Non merci". "Mais prends ça me fait plaisir". Etc. "Bon d'accord"), ses petits éléphants en porcelaine, ses boites de pilules ("Ca c'est pour ma tension, ça c'est des tranquillisants, etc".), un porte-clés avec son nom dessus, d'autres merveilles que je ne parviens pas a me remémorer (il a du me perdre en route), le contenu de son frigo et POUR FINIR, le contenu de ses placards de cuisine.

 

- J'aille plein d'bouffe la, chu chanceux, hein!

 

- Ben la, oui, drôlement chanceux...

 

- La seule chose qui me manque c'est de l'huile, parce que j'en ai plus.

 

- Ah.

 

- Ca, ça me manque bien...

 

- Ah.

 

- Y m'en faut parce que j'en ai plus...

 

- Ah.

 

- J'en ai vraiment besoin, parce qu'y est vide.

 

- Ah.

 

- C'est ça la. Faut que j'm'en trouve...

 

- Euh, j'en ai chez moi, si tu veux, je peux t'en donner.

 

- D'accord. Tu peux m'en mettre dans la bouteille.

 

- Ok. Je vais en chercher et je te redescends la bouteille.

 

Apres une demi-heure de contemplation du Bazar a Richard, j'espère enfin m'en tirer et rentrer chez moi...

 

- Puis...

 

- Oui?

 

- Si tu peux me donner des gommes aussi, comme ça, ça m'en fera plus.

 

- Ok Richard. Je t'apporte ça.

 

Oh le petit enfoiré!

 

 

 

Depuis, j'ai décidé de planquer mes chewing-gums et toute autre forme de nourriture afin de ne pas échanger mes précieuses réserves de bouffe (on sait l'importance que ca a dans ma vie) contre divers lots de kermesse...

 

C'est pas chrétien? Je m'en br..le. Parce que moi, depuis que je connais Richard, je n'ose plus sortir de chez moi, je n'ose plus rentrer chez moi, et quand je reviens du supermarché, je frise la panique... Alors les bons sentiments, je me les mets ou je pense.

 

RICHARD, T'ES PAS MON AMI !!

 

 

 

Vous, en revanche, qui ne demandez rien en échange de votre gentillesse, vous, vous êtes mes amis, alors je vous embrasse bien fort.

 

 

 

Aurélie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie Olivier (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

lyns aux Etats-Unis 21/04/2007 20:07

Hihi !!!!! Jme disait bien aussi que Richard n'était pas nette.Franchement, donner une si jolie chemise blanche à épaulette et à fleurs brodées à une zolie emoiselle comme twa c que ça cache qqch ...Maintenant on sait ce que cela cachait !!!!!MDR

Werner 31/12/2005 00:52

Finallement on peux se moquer de Richard :D
J'adore les "déjà vu, mais ça fait tellement plaisir..."