Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avertissement

Sens de l'humour et esprit critique sont requis pour apprécier la lecture de ce blog. Il est fortement recommandé de ne pas prendre les propos de l'auteur au 1er degré!

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteure. Ils ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci!)


----------------------------------


Pour savoir d’où viennent les lecteurs de ce blog, cliquez ici : Geo Visitors Map


----------------------------------


Critiques de théâtre : vous pouvez me lire

  • dans le journal Voir
  • dans la revue Jeu
  • dans le Sans-Papier (journal de la TELUQ)
  • sur montheatre.qc.ca


Bon théâtre!

Recherche

Chic Moustache

Vous cherchez des t-shirts qui représent le Québec sans tomber dans les clichés? Chic Moustache est fait pour vous!! Allez donc jeter un oeil!

 

Logo-pour-blog-Aurélie

 

 

 

---------------------------------------------------

 

«Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, de ce qu’ils pensent, et qu’ils n’ont jamais conçu différent, c’est, au moyen de l’ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance habituelle dans l’ordre établi.» Paul Valéry (merci Annie)

15 novembre 2004 1 15 /11 /novembre /2004 00:00

 

Manteau magique, etc.

 

 

 

 

Liberté, liberté chérie…

 

Euh… je ne sais pas pourquoi je dis ça parce que franchement ça n’a rien à voir avec ce que je veux vous annoncer aujourd’hui, qui est de la plus haute importance comme vous allez le constater si vous poursuivez la lecture de ce mail et que j’arrête de dire n’importe quoi… Ça y est j’arrête.

 

 

 

Depuis quelques jours, je suis l’heureuse détentrice (possesseuse ? Décidément, les noms au féminin ça pose toujours problème) d’un manteau magique.

 

80% duvet, 20% plumes (pour ceux qui l’ignorent et dont je faisais moi-même partie avant de recevoir une leçon de Fred sur la question – il bosse dans un magasin de fringues – le duvet, c’est la plume sans le cartilage ce qui veut dire : plus chaud et plus léger), doublé de polaire dans la partie supérieure et dans la capuche (évidemment qu’il y a une capuche !) elle-même également bordée de fourrure, long jusqu’au dessous du genou, resserré aux manches.

 

Une merveille.

Résultat, qu’il pleuve, qu’il vente ou QU’IL NEIGE, je m’en contrefous car j’ai chaud !! Finalement c’était simple...   

 

La vendeuse m’a dit qu’on allait facilement jusqu'à –20ºC  avec ça.

 

« Et en dessous de –20ºC ? » demandais-je naïvement. « On reste chez soi. »

 

J’en prends bonne note.

 

 

 

 

 

Autre miracle de cette fin de semaine: Bâche.

 

Ouais, bon, miracle c’est un peu exagéré – je veux dire : pas pour le manteau, là c’est vraiment un miracle – mais quand même c’était bien.  

 

Bâche donc (je digresse, je digresse, une vraie manie…) Un spectacle de danse par les ballets C. de la B. (Ne me demandez pas ce que cela signifie : je ne sais pas… Il doit y avoir Belgique quelque part puisqu’ils viennent de là – je sais en ce moment c’est assez récurrent dans ma vie, les Belges…).

 

Au menu, 4 hommes qui dansent, un qui chante en haute-contre (des adaptations de Purcell) et un qui joue du piano.

 

Quelques passages mémorables : 

 

- Un danseur « mort » qui se fait jeter de l’un à l’autre des danseurs vivants comme un vieux sac de patates (ou un vieux sac « qui pue la patate » – expression favorite de Christophe, on ne peut pas toujours être au top, soyez indulgents) ;

 

- Un danseur sadique qui traîne un danseur martyr par un pull rouge (je pense que vous serez content de connaître la couleur du pull… voyez-vous, chaque détail a son importance…) attaché autour de sa tête (il a le nez tout écrasé le pauvre !) ;

 

- Un danseur désespéré qui s’agrippe à un autre danseur également désespéré (mais pas pour les mêmes raisons) par le cou, par la taille, par les pieds… Le second danseur désespéré essaie de se débarrasser du premier danseur désespéré (mais pas pour les mêmes raisons), sans y parvenir – genre scène de rupture où les deux protagonistes sont en désaccord, je t’en prie ne me quitte pas, tire toi tu pues (la patate).

 

 

 

Bémol : L’idée du danseur pantin actionné à distance par les mouvements des danseurs marionnettistes : la première fois c’est marrant, la 4ème c’est lassant.

 

 

 

(Tout à coup je me rends compte que mes descriptions ne sont peut-être par très parlantes pour qui n’a pas vu le spectacle…Mais c’est le principe du blog, non ? On peut raconter ce qu’on veut même si ça fait chier tout le monde !)

 

 

 

Bref, c’était super. Malheureusement pour vous, la tournée est déjà passée par Paris.

 

Mais apparemment ils sont à Chambéry le 19 mars 2005. S’il y en a qui sont au ski cette semaine là…

 

 

 

Sur ce, je vous quitte : asteure ma aller m’coucher.

 

 

 

Aurélie

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelie au Canada (Copyright) - dans Chroniques (copyright)
commenter cet article

commentaires

slobodan 20/11/2004 19:50

C'est bien ce que j'ai trouvé de plus triste chez le kèbes: se vouloir à tout prix différent du reste et même, soyons fous, presque "européens" comme je l'ai entendu là-bas et être autant à côté de la plaque. Ce sont des anglo-saxons, point final. Ils n'aiment pas beaucoup qu'on le leur rappelle mais c'est un fait. Il suffit simplement d'être français, espagnol ou rital pour s'apercevoir que le fond de la mentalité n'est franchement pas la même q'ici. J'ai entendu des tas d'abérations toutes plus incroyables les unes que les autres et pas seulement venant d'une poignée d'induvidus, non, mais d'un bon nombre de gens originaires de là-bas. J'ai bien été obligé de creuser un peu, étant français, j'étais donc pour eux raciste de base, ignoble, macho, hautain avec l'indigène et prétentieux de surcroit. Il fallait quand même que je passe mon temps à tenter de leur prouver que ce n'était pas toujours le cas. J'avais l'impression d'être un sturmbahnführer SS imigré à l'est de Montréal. De plus, tout le monde et en particulier les filles s'indignaient souvent de mon language étrange et des "putain, merde, enculé" et autres mots du genre qui reviennent souvent de façons péjorative.
Quand à la  "gentillesse" légendaire des kèbes, je n'ai pas beaucoup eu l'occasion d'y croire. C'est de la gentillesse et de l'amabilité d'hôtesse de l'air, souriante et correcte même si on là traite d'infâme connasse. La gentillesse et l'amabilité kèbe est une procédure comme une autre dans un pays de procéduriers. Ils se veulent différents des anglo-saxons et particulièrement des américains mais ne se rendent même pas compte à quel point ils en sont proches et en tous points. La preuve en est qu'ils s'en rendent vraiment compte lorsqu'ils débarquent en france ou dans un pays européen. Attention, ce sont pas de vagues souvenirs sur un séjour à montréal d'une semaine, que je raconte là, ma bonne dame! Je suis allé souvent là-bas pour les besoins de mon boulots et j'ai eu le temps d'observer l'indigène et le sonder en profondeur. De plus, j'ai eu tout le loisir de les observer ici en france pendant plus de trois ans, toujours pour le boulot. De plus, j'ai un de mes meilleurs potes qui habite là-bas depuis plus de 7 ans!
La chose qui m'a frappé le plus ou plutôt qui m'a ouvert les yeux sur les attitudes des kèbes, c'est le super restau africain dont j'ai oublié le nom sur l'avenue du mont royal. La serveuse qui nous amenait la becquetance souriait plein pot, avait toujours un mot sympa et en l'écoutant, même d'une oreille, je sentais en profondeur que ce que j'entendais était radicalement différent de tout ce qu'on m'avait servit depuis mon arrivée. C'était tout simplement le côté vraiment sympa et agréable de l'africain qui pliait en moins de deux l'amabilité procédurière du kèbe moyen. On sentait tout de suite la sincérité, chose qui manque gravement dans ce pays.
Le plus abérant reste tout de même ceux (et ils sont nombreux) qui me parlaient de l'europe et de la france, ou critiquait ouvertement sans jamais y avoir foutu les pieds, et le pompon, ceux qui m'ont affirmer que le québec était surement le pays le plus antiraciste du monde car il n'y avait qu'a regarder le nombre de nationalités représentées par les restos!
Quand au choc culturel, il faut d'entrée de jeu avoir une culture pour pouvoir la confronter.  Une autre chose qui m'a choqué en tant que français là-bas (qui de surcroit foutait les pieds pour la première fois outre atlantique), c'est qu'au bout d'un moment, à force d'observer, on fini par se dire qu'on est en 2004 et qu'il ne s'est jamais rien passé avant. On a l'impression que tout a toujours été comme ça, que chaque chose nouvelle efface les trace du passé immédiatement, ce qui est assez contradictoire avec le pitoyable "je me souviens" des plaques minéralogiques. 
Je n'ai rien contre les kèbes, je ne les hais absolument pas mais je ne les aime pas. Pire, ils me laissent dans une indifférence grandissante avec le temps. Je trouve que ce sont de gentils cons, pas méchants pour deux ronds, pas toujours désagréables mais inintéressants au possible. Sauf exception bien sur. Je ne dis pas tout ça dans un esprit "ici tout est bien et là-bas c'est des cons". C'est juste un constat et une opinion fondée sur une expérience.
Ah , j'oubliais aussi de parler de la langue elle même qui est un reflet de la plantade nationale. Le Québécois parle français, môssieu. Et le québécois aime reprendre les erreurs de prononciation ou  de vocabulaire des français qui débarquent là-bas. bref, on se veux plus royaliste que le roi mais la vérité, celle qu'ils se refusent a admettre, c'est que leur français n'est pour la majeure partie de leur vocabulaire qu'une traduction littérale de l'anglais. Ils ne parlent pas français, ils parlent l'anglais traduit en français, nuance. Ils ne bouffent pas de glaces, ils bouffent de la crême glacée parce que ice cream, et tout le reste est comme ça. Bon, j'arrête! 
Voilà.
Slobodan

aurelie au canada 20/11/2004 16:31

Si les Quebecois savaient que tu traites leur pays d'anglo-saxon, je crois bien qu'ils feraient une attaque!!
Pas vraiment de choc culturel en fait. Des petits trucs par ci par la (le coup des poils m'avait fait bien rigoler, tu as peut etre lu la chronique) mais rien d'insurmontable... Sans doute justement parce que je suis au Quebec. Ah si un truc qui fait vomir : la pizzza accompagnee de frites!
D'une maniere generale, ce sont surtout les expressions qui me font rire (les miennes font egalement beaucoup rire mes collegues de travail...)

charles 20/11/2004 00:40

Bien écrit avec de la bonne humeur et de l'humour, merci pour cette charmante lecture. Quels sont les "chocs" culturels qui t'ont fait rire, sourire ou vomir (s'il y en a) j'ai laissé mon adresse email.Pour ma part je suis très attiré par l'Italie que je connais assez bien.Je ne connais aucun pays anglosaxon.
Bon, See you later ...Have a nice day... be happy
 

Slobodan 17/11/2004 19:23

Décidément, il est grand temps que j'annexe également ce québec et ses individus mous qui trainent à l'intérieur!
Slobodan 1er

Nitul 16/11/2004 09:29

Bon, c'est vrai que j'ai pas tout bien compris toute la description du spectacle, mais c'est po grave. ;-)
Sinon ça y est, j'ai lu toutes tes chroniques. C'est vraiment chouette le Québec. Tes écris me donnent encore plus envie d'aller y mettre les pieds.
C'est vrai que j'ai quelques questions à te poser sur l'immigration au Québec - questions qui vont sûrement en amener d'autres. Mais de peur de saturer tes pages de commentaires je préfère, si cela ne te dérange pas,  que tu me donnes ton e-mail dans un petit message que tu pourras m'envoyer à l'adresse référencée sur mon p'tit pseudo sous ce commentaire.
Je comprendrais que tu ne veuilles pas me donner ton e-mail. Après tout je ne suis qu'un étranger à des milliers de kilomètres de toi que tu ne connais que depuis un seul commentaire et ce par blog interposé... mais pourrais-tu faire un geste pour un petit frenchy perdu dans son petit pays quelque part au Sud de Paris... hein ?! S'il te plait !!!
Bon aller, je te laisser.
Bises et @+
Micky :-)